Conférence de presse du Collectif Mably sans nucléaire (11/01/13)

Publié le par mablysansnucleaire

      Rappel de l’historique


-     En décembre 2008, le groupe Bouygues a créé une filiale Bouygues Construction Services Nucléaires (BCSN) pour se positionner sur les marchés prometteurs de la prolongation d’exploitation des centrales nucléaires existantes (avec remplacement de nombreux éléments usagés) et du démantèlement des plus anciennes (déjà arrêtées).

 

-     BCSN a souhaité disposer d’une « base chaude » pour entretenir et entreposer les machines et les robots contaminés par leur utilisation dans les sites nucléaires sur l’ensemble de la France par BCSN ou d’autres entreprises. Pour le moment BCSN effectue la maintenance de ses machines dans les bases chaudes d’EDF et d’Areva.

 

-     Le Grand Roanne a proposé d’implanter cette « base chaude » à Bonvert dans l’ancienne usine Intexa, et son président Christian Avocat a obtenu que BCSN installerait aussi une unité de recherche et développement de matériels robotisés, en lien avec l’enseignement supérieur et le LASPI(1) laboratoire de recherche de l’IUT de Roanne.

-     Le 8 novembre 2010, le Conseil communautaire était sollicité pour voter le lancement de l’opération. Les élus Verts ont provoqué un débat et le vote a été ajourné dans l’attente de plus d’information.

 

-     Dans la foulée, un Collectif d’associations et de citoyens s’est constitué dans le but d’obtenir un débat public.

 

-     Au bout de 2 mois, le 30 janvier 2011, suite aux demandes répétées du Collectif, BCSN a envoyé au Grand Roanne une « Note d’information sur le projet » qui s’est avérée inconsistante, sans aucun renseignement sur la radioactivité dans la base chaude !!


-     Le Collectif a organisé 2 grands débats publics :

le 23 février 2011, avec la participation du président de la CRIIRAD(2), mais le PDG de BCSN s’est défilé au dernier moment en laissant le président de GRA assumer seul la défense du projet

le 29 juin 2011 : les dirigeants de BCSN étaient enfin présents face au public, et Christian Avocat a annoncé qu’il solliciterait l’avis de la CRIIRAD, qu’il consulterait le conseil municipal de Mably et qu’il se conformerait à sa décision.

 

-     Une pétition demandant l’abandon du projet de base chaude a recueilli à ce jour plus de 4000 signatures (les 2 000 premières signatures ont été remises au maire de Mably le 9 avril 2011)


La demande de BCSN retoquée par l’ASN(3)

 

-     Février 2012 : BCSN envoie le dossier de demande d’autorisation à l’ASN, sans l’envoyer à la Criirad contrairement à ce qui avait été promis.

 

-     20 avril 2012 : l’ASN écrit au maire de Mably (copie au Sous-préfet, à GRA et au Collectif) :

le dossier de BCSN est "incomplet et insuffisamment détaillé",

l’ASN demande à BCSN de le compléter "pour ce qui concerne les risques radiologiques aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du site, sur l’homme et sur l’environnement, en fonctionnement normal et en cas d’incendie, ainsi que sur les moyens techniques mis en œuvre pour limiter ces risques à un niveau aussi faible que possible."

L’ASN rappelle la nécessité de transparence et d’information du public.

 

 

Les derniers éléments


-     8 octobre 2012 : réunion à Lyon entre l’ASN et BCSN.

Les dirigeants de BCSN sont hésitants :

soit refaire le dossier sur Mably-Bonvert

soit rechercher un nouveau site

soit abandonner leur projet de base chaude

 

-     mi-décembre 2012 : contactée par le Collectif, l’ASN est sans nouvelles de BCSN.


Analyse de la situation actuelle

 

Incompétences

-     incompétence de BCSN : l’ASN a retoqué son dossier, incomplet et insuffisant, ce qui est de très mauvais augure si BCSN devait exploiter une base chaude !

 

-     inconsistance de ses dirigeants qui ne savent plus ce qu’ils veulent maintenant

 

-     incompétence des services du Grand Roanne et de la commune de Mably qui n’avaient pas indiqué à BCSN que Bonvert se trouve dans la zone submergée en cas de rupture du barrage de Villerest, servitude pourtant inscrite dans le dossier d’information communale sur les risques majeurs

 

-     légèreté du Grand Roanne qui avait demandé le 8 novembre 2010 au Conseil communautaire de voter le démarrage de l’opération sans avoir eu aucun dossier technique


L’emploi

-     l’ancienne usine Intexa n’a pas attendu l’arlésienne BCSN, elle est maintenant occupée par deux entreprises du textile : TAC (Teintures et Apprêts du Centre) et par Mado Marcel. Il y a actuellement au moins autant d’emplois que si c’était BCSN (15 emplois au démarrage, objectif 50)

 

-     les agriculteurs bio du Roannais et l’association Vivre bio en Roannais ont présenté un projet de zone agricole bio diversifiée et d’activités éco-responsables sur Bonvert, créatrices d’emplois, respectueuses du social et de l’environnement


Le respect de l’opposition des habitants

-     la population est opposée à l’installation d’une base chaude de matériels contaminés : réunions publiques salles combles et massivement contre, pétition signée par plus de 4 000 personnes

 

-     en 2005, suite à l’opposition de la population, la municipalité de Mably a décidé de refuser le projet à Bonvert d’un entrepôt d’aérosols domestiques classé Seveso

 

-     en 1982, suite à l’opposition de la population et des élus locaux, Jean Auroux qui était ministre a fait abandonner le projet de stockage de déchets radioactifs dans l’ancienne mine d’uranium de Saint-Priest-la-Prugne, la filière bois s’est modernisée et développée, le nombre d’habitations principales a augmenté (passé de 195 en 1982 à 213 en 2007).

Par contre, Saint-Priest-la-Prugne et les communes voisines supportent encore (et pour longtemps !) les  déchets radioactifs laissés par la Cogéma (future Areva). Une réunion d’information des maires du secteur a eu lieu le 18 décembre sous la présidence du Sous-préfet.

Quand une entreprise du nucléaire s’en va, sa pollution reste.


Conclusion


BCSN est incompétent, c’est l’ASN qui le dit.

La population est opposée à l’implantation d’une activité nucléaire.

Le Collectif demande au maire de Mably et au président de Grand Roanne Agglomération de rompre définitivement avec BCSN et de passer à d’autres projets de développement.


Perspective d’action du Collectif


A l’occasion du deuxième anniversaire du débat public du 23 février 2011, le Collectif prévoit une  nouvelle grande réunion publique avec projection d’un film sur le nucléaire et débat sur le projet BCSN.

  

(1) LASPI : Laboratoire d’Analyse des Signaux et des Processus Industriels

(2) CRIIRAD : Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité

(3) ASN : Autorité de Sûreté Nucléaire

Commenter cet article