Echos de la réunion d'information pour les élus du Grand Roanne sur le projet BCSN à Mably

Publié le par mablysansnucleaire

Echos commentés de la réunion d’information

du 21 décembre 2010 pour les élus du Grand Roanne

sur le projet d’implantation de BCSN à Mably

 

(BCSN : Bouygues Construction Services Nucléaires)

 

Intervenants :

M. Christian Avocat, Président du Grand Roanne – M. Thomas Chauveau, PDG de BCSN – M. Olivier LeMaire en charge du développement chez BCSN – M. Adrien Bidaud, maître de conférence au Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie de Grenoble.

 

 

Résumé du projet :

L’Agence de développement économique de la Loire (ADEL 42) et la Mission d’ingénierie et de prospective Rhône-Alpes (MIPRA) ont mis en contact BCSN avec le Grand Roanne pour un projet sur l’ancienne usine Intexa en zone industrielle de Bonvert à Mably. Il s’agirait de la transformer en atelier de maintenance d’outillages et de robots d’entretien ou de déconstruction des réacteurs des centrales nucléaires ou des réacteurs nucléaires de recherche.

Ces outillages et robots pouvant être contaminés par des produits radioactifs, leur atelier de maintenance est qualifié de « base chaude ».

Pour valoriser la technicité de haut niveau existant sur Roanne, M. Avocat a obtenu que BCSN promette de créer parallèlement un centre de développement de nouveaux outillages et robots en partenariat avec l’IUT, le LASPI (Laboratoire d’analyse des signaux et des processus industriels) et l’enseignement supérieur roannais.

 

L’Etablissement public foncier de l’ouest Rhône-Alpes (EPORA), destiné à soutenir le développement économique, achèterait le site et réaliserait les travaux nécessaires à l’implantation de BCSN. Il le cèderait ensuite au Grand Roanne qui le louerait à BCSN, déduction faite des aides publiques.

 

 

Présentation de BCSN :

Bouygues Construction Services Nucléaires a été créée en décembre 2009.

Son objectif : offrir tous services aux entreprises du nucléaire.

- assainissement en zone radioactive

- conditionnement de déchets nucléaires

- maintenance en enceinte contrôlée

- ventilation

- génie civil

- ingénierie

 

La création de la base chaude serait soumise à la procédure en vigueur depuis 2006, c’est-à-dire à une simple demande d’autorisation RN 004 à l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire)

Le dossier n’est pas encore fait car BCSN n’a encore rien signé avec le Grand Roanne et ne sait donc pas encore si elle s’installera à Mably.

 

Parlant du risque de contamination des outillages et des robots, le PDG de BCSN donne une précision. Selon lui, sur des robots découpeurs ou ponceurs de béton à l’intérieur d’un bâtiment réacteur, il est possible que quelques poussières radioactives aillent se loger dans les chenillettes ou dans un bobinage de moteur électrique.

Quand on voit une disqueuse en action sur du béton ou de la ferraille, on a du mal à imaginer que le risque soit seulement limité à « quelques poussières » !

 

Les transports des équipements entre leur lieu d’intervention et leur base chaude de maintenance sont effectués par un sous-traitant et sont l’objet d’une procédure :

-          décontamination par nettoyage minutieux, au chiffon

-          pulvérisation d’un vernis fixateur pour éviter l’émission des poussières radioactives restantes

-          mesure de la radioactivité avant le départ (elle doit être inférieure au maxi autorisé)

-          mesure de la radioactivité à l’arrivée

Le PDG de BCSN ajoute qu’il y a sur les routes de France des centaines de milliers de transports radioactifs par an.

Il dit cela dans le but de rassurer l’auditoire, mais justement, est-ce bien rassurant ?

 

 

« Caution scientifique » sur les informations données au cours de la réunion

M. Bidaud, a été invité par le Grand Roanne pour assurer une caution scientifique indépendante.

Universitaire, il est indépendant de BCSN, mais son domaine de recherches concerne les réacteurs nucléaires du futur (du genre Superphénix amélioré) : pour l’indépendance par rapport à l’industrie nucléaire on aurait pu trouver mieux.

 

Il commence par dire qu’il ne connait pas le dossier de BCSN pour Mably.

Ca commence bien, s’il ne connaît pas le dossier faisant l’objet de la réunion…

 

Pour tout savoir sur la radioactivité il conseille à l’assistance de se reporter au journal Le Monde paru quelques jours avant, qui comporte un article très bien fait sur le sujet.

Avec ça, les élus vont être vraiment éclairés pendant la réunion !

 

Il précise quand même que la radioactivité agit de deux façons :

-          par  irradiation : sans contact, on est traversé par un rayonnement radioactif

-          par contamination : au contact d’une matière radioactive on en garde une partie sur soi. Quand c’est sur la peau, la décontamination se fait par un lavage intense. Mais si on a avalé ou respiré des particules radioactives, la décontamination est plus difficile voire impossible

 

Quant aux risques sur la santé, il répond qu’il n’est pas médecin.

Avec ça, les élus seront bien renseignés sur la préoccupation majeure des habitants par rapport à la proximité d’une entreprise du secteur nucléaire.

 

 

Lire la séquence de questions-réponses

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article