Quelle crédibilité accorder à la caution scientifique de BCSN ?

Publié le par mablysansnucleaire

Comment Bouygues nucléaire a-t-il convaincu le Professeur Gourmelon de venir à Roanne en juin 2011 pour servir de caution scientifique au projet d'installation d'une base chaude radioactive à un endroit encore exempt d'industrie nucléaire? Fait d’autant plus troublant, il est actuellement chef du département de protection de la santé de l'homme à l'IRSN.
N’est-il pas contradictoire qu’un enquêteur chargé par l'ASN de détecter les dysfonctionnements vienne soutenir un industriel du nucléaire ? Les dirigeants de BCSN promettent bien sûr qu'une seule chose comptera pour eux : le respect de la réglementation, toute la réglementation, rien que la réglementation ? Mais M. Gourmelon ne sait-il pas par expérience que ces promesses ne sont que de belles paroles sans lendemain?
 

En 2007 M. Gourmelon affirmait que la multiplication des sources radioactives est le vrai danger: "Des accidents de ce type (par irradiation NDLR), il y en a de plus en plus, surtout dans l'industrie et la médecine. Les chiffres le montrent : sur 600 accidents d'irradiation répertoriés dans le monde depuis cinquante ans, 41% concernent le secteur industriel et 11% la médecine. Le plus préoccupant? La multiplication des sources radioactives en circulation" (article paru dans le Nouvel Observateur du 01/11/2007).

N'est-il pas contradictoire que l'auteur de ces phrases vienne soutenir BCSN dans son projet de faire converger des transports radioactifs venant de tous les sites nucléaires de France vers Roanne et Mably ?
Pour le Collectif, chaque site nucléaire devrait avoir sa base chaude pour l'entretien sur place des matériels contaminés.
 

Lire l’article Patrick Gourmelon : le pompier de l’atome

Par Marie Vaton, article publié dans Le Nouvel Observateur du 1er novembre 2007

 

  Lire le CV de Patrick Gourmelon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article