Communiqué de presse du Collectif 23 février (7 juin)

Publié le par mablysansnucleaire

Communiqué de presse du collectif du 23 février

 

Le 7 juin 2011

 

 

            Suite à son intervention avant le conseil communautaire du 30 mai, le collectif du 23 février, opposé au projet d’implantation de la filiale nucléaire de Bouygues (BCSN) à Mably, souhaite rendre publiques les informations suivantes :

_ Les vice-présidents du Grand Roanne, qui peuvent empêcher qu’un sujet soit mis à l’ordre du jour d’un conseil communautaire, ont refusé de recevoir des membres du collectif. Ce dernier leur avait adressé des lettres individuelles sollicitant un rendez-vous dans leurs mairies respectives afin de connaître leur position sur le projet et d’en discuter. On notera que la réponse a pris la forme d’une lettre collective des treize élus et que le président du Grand Roanne en connaissait l’existence et la teneur. Nous ne pouvons que nous inquiéter de ce refus. D’une part, il est très étonnant que des élus locaux refusent unanimement un rendez-vous sollicité par des citoyens sur un sujet grave. D’autre part, une telle réaction en bloc, de la part de dépositaires de mandats électifs, est absolument incompatible avec la logique de la démocratie représentative, déjà assez problématique. Dans ce contexte, lecteurs, que pensez vous de la déclaration de M. Avocat selon laquelle chaque élu votera comme il l’entend (cf Le Progrès du 31 mai) ?

_ Par l’intermédiaire de M. Avocat, président du Grand Roanne, le collectif a été informé de la venue de représentants de Bouygues nucléaire à Roanne le 28 ou 29 juin. Ceux-ci souhaitent rencontrer des élus, des dirigeants d’entreprises, des associations et des universitaires chercheurs. Ils souhaitent également rencontrer le collectif organisateur du 23 février. Nous annonçons que nous ne rencontrerons des représentants de BCSN que dans le cadre d’un débat public, comme le président de Bouygues nucléaire s’y était engagé. Le fait qu’il ait annulé son déplacement à la dernière minute pour le débat public du 23 février et ne propose pas de renouveler le débat ne fait que montrer le peu de crédit qu’on doit accorder à son projet. M. Avocat a déclaré que le collectif ne représentait pas l’ensemble des habitants du Roannais. Cette invitation en dehors de tout débat public pourrait bien ressembler à un piège.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article